Contenu

Pâques au Longeray

« Quand j’étais gamine, à voir les décorations des rues, je m’étais dis que je ferai pareil » explique Brigitte Fradin devant les décorations de Pâques qui ornent son salon. Alors que quoi de plus naturel, pour Brigitte et son mari Michel, que « depuis 35 ans au moins », la maison du Longeray soit habitée à Noël et Pâques par des sujets caractéristiques de ces fêtes avant tout religieuses. Ce qui frappe avant tout est la profusion : autant dire la pièce est pleine comme un oeuf ! Plafond compris, tout recoin est exploité : qui une cloche, qui un oeuf, par ici un nid, par là une évocation du printemps, à n’en point douter, le volatile et tout son cortège d’atours (plumes, duvet, paille...) est une source d’inspiration certaine.

Avec la préoccupation que le décor évolue d’une année à l’autre, ceci bien compris qu’il doit être ’’aux oeufs’’ (entendons parfait), « on ajoute, on améliore, quelquefois avec du fait maison » car, selon Brigitte, il existe peu de décoration pour Pâques, contrairement à Noël. Et le plus ancien des objets décoratifs a « au moins 76 ans » ! Le plaisir de décorer prend le pas sur l’investissement nécessaire car il ne faut pas tondre un oeuf !

Et même si les 4 enfants ont quitté le cocon familial, n’est-ce pas les 12 petits-enfants qui profitent de la dextérité de leurs grands-parents ? Car de l’habileté, il en faut pour que le plafond se pare des couleurs et des matériaux les plus insolites. Après être tombé plusieurs fois de l’escabeau, outil indispensable à l’édification du village de Pâques, Michel n’a-t-il pas dit « plus jamais » à Brigitte, cette dernière ayant été soucieuse, davantage de l’équilibre des perspectives que de celui de son mari ? « Si mes parents ne décoraient pas ainsi leur maison, cela nous manquerait » confie une de leurs 3 filles. Question de retour sur investissement, pour que famille et amis (et à leur tour les amis des amis) puissent profiter du village de Pâques, celui-ci sera maintenu plusieurs semaines durant, même s’il réclame que l’on marche sur des oeufs !