Contenu

Géopark

Le parc des Bauges
Le label Géopark

Le Parc Naturel Régional du Massif des Bauges avait déposé fin 2010 une candidature au label de l’UNESCO « Géopark ». Ce label est beaucoup plus qu’une simple reconnaissance de la richesse géologique d’un territoire. Il montre les moyens mis en œuvre pour préserver et faire découvrir ce magnifique patrimoine.

  • Géopark : quel changement pour le territoire ?

Le 17 septembre 2011, le Parc Naturel Régional du Massif des Bauges est devenu Géopark. Ce label international soutenu par l’UNESCO reconnaît la richesse géologique du Massif des Bauges ainsi que la mise en valeur qui en est faite. Ce label d’excellence est accordé au compte-goutte, il n’en existe que 3 en France et 87 dans le monde.

  • Géopark, qu’est-ce que c’est ?

Un Géopark contribue au développement touristique et économique d’un territoire autour des richesses du sol. Il s’agit essentiellement de mettre en valeur des géo-sites remarquables identifiés sur le territoire.

  • Pour y parvenir, 3 axes sont privilégiés :

la conservation et la connaissance des entités géologiques remarquables
la vulgarisation des connaissances scientifiques grâce à la mise en valeur des géo-sites, des sentiers de randonnées thématiques, des visites guidées, des expositions
l’émergence de nouvelles activités liées au développement d’un tourisme doux

  • Quel objectif ?

Que chaque habitant du Parc, chaque visiteur français ou étranger découvre ou redécouvre ce territoire sous un angle nouveau afin que celui-ci se développe autour du label.

  • Un Géopark, de nouvelles contraintes ?

Absolument pas.

Un Géopark n’est pas une affaire de spécialistes de la géologie, ni uniquement des sites d’intérêt géologique et encore moins un label contraignant pour l’aménagement du territoire.

Il ne s’agit pas de protéger le sous-sol : les propriétaires de sources pourront en conserver la jouissance de la même façon.

Il ne s’agit pas d’imposer de nouvelles règles en matière d’urbanisme ou de créer un impôt. Le Géopark n’occasionne pas de nouvelles mesures réglementaires d’aménagement ou de protection du milieu naturel, ni de taxation supplémentaire. Il n’ajoutera aucune contrainte aux propriétaires, aux exploitants et aux amateurs de pratiques sportives.

  • Des actions en cours et à venir

Comme il s’agit d’une reconnaissance du travail déjà accompli, plusieurs sentiers d’interprétation et des visites guidées sont déjà en place (les tannes et glacières du Margériaz, le sentier du chaos du Chéran) et d’autres pourront voir le jour.