Contenu

Théâtre "Les filles aux mains jaunes"

Théâtre "Les filles aux mains jaunes"

Début 1915.
La Première Guerre mondiale fait rage depuis plusieurs mois. Dans une usine d’armement, quelque part en Europe, Julie, Rose, Jeanne et Louise, quatre "filles aux mains jaunes", fabriquent des obus à la chaîne et découvrent leur destin d’ouvrières.
Dans ce décor singulier, Jeanne a des désirs de revanche, Julie rêve d’amour, Rose écoute Louise, et Louise parle, milite, écrit et tente de croire à un monde nouveau.
Malgré les malaises consécutifs au surmenage, les premières quintes de toux, les irritations dues à cette poudre jaune, elles vont vivre là, jusqu’à la fin de la guerre, quelque chose qui ressemble à un début d’émancipation…

L’opinion publique les avait baptisées : les munitionnettes ou encore les obusettes.
L’histoire a retenu d’elles des images mythifiées, transcendées.

Au nom de l’Union sacrée, décrétée par tous les partis politiques, tous les syndicats et toutes les ligues féministes, ces femmes, qui n’avaient pas le droit de vote, œuvraient pour la nation.
La plupart ne lisaient pas les journaux. La plupart s’étaient retrouvées désemparées par le départ de leur mari au front. La plupart se conformaient au rôle qu’on leur donnait à jouer, à savoir celui d’êtres contemplatifs, écervelés, et peu au fait de la vie politique et sociale.
Elles-mêmes se surnommaient les Canaris ou encore les filles aux mains jaunes.
Car jaune était la poudre de TNT qu’elles inhalaient quotidiennement et qui colorait leurs cheveux et leur peau de façon indélébile.
Quand la médecine du travail, toute balbutiante, put enfin pénétrer dans les usines d’armement et organiser des visites médicales, le constat fut terrifiant.
Un nombre incalculable d’anémies, de maladies du foie, d’hypertrophies de la rate et de cancer en tous genres fut diagnostiqué. La plupart de ces femmes en âge d’avoir des enfants étaient soit devenues stériles, soit s’exposaient à mettre au monde des enfants anormaux…

EN 1918, 430.000 FEMMES TRAVAILLAIENT DANS LES USINES D’ARMEMENT.

Auteur : Michel BELLIER
Mise en scène : Claude GAVAZZENI
Avec : Fabienne DI MARTINO, Marie-Josée GAUTHIER, Dominique ROSEC, Christelle SANCHEZ
Régisseurs : Mathieu ANGOTTA